Crime et châtiment

D'après le roman de Fedor Dostoïevski
Traduit du russe par André Markowicz, édition Actes Sud
Création 2018/2019

• Télécharger le dossier

 

La première idée de Dostoïevski en écrivant Crime et châtiment était d’évoquer l’alcool, « l’ivrognerie » en lien avec son propre père alcoolique.
La misère, la pauvreté, les bas-fonds où il ne reste plus pour l’humain que d’autre choix que de descendre encore plus bas. Avec l’espoir peut-être d’être « pardonné » ou « jugé » par un dieu clément. Et à la fois avec une conscience aigüe et désespérée de son propre abaissement, une lueur de lucidité sur sa propre condition mais aussi sur celle de l’humanité entière : ici pas de faux semblants, de ronds de jambe ou d’artifice : la chair crue du monde est livrée avec ses tourments et ses indignités.
Pas « d’arrangement » possible, de concession ou de consensus.

 

• Le Printemps des comédiens / Amphithéâtre d'O / 7 et 8 juin 2019 à 22h
• Théâtre de Nîmes / 29 et 30 avril 2019
• ATP Lunel / Salle Georges Brassens / 4 décembre 2018 à 20h30
• Le Cratère, scène nationale d'Alès / Grande salle / 16 et 17 octobre à 20h30 / 18 octobre à 19h
• Théâtre de L'Archipel, scène nationale de Perpignan / Le Carré / 2, 3, 4 octobre 2018 à 19h / 5, 6 octobre à 20h30 / 9, 10, 11 octobre à 19h
• CALENDRIER EN COURS

Crime et Châtiment
D'après le roman de
Fédor Dostoïevski
Traduit du russe par André Markowicz
Adaptation et mise en scène Nicolas Oton
Adaptation et assistante à la mise en scène Ludivine Bluche
Avec Cyril Amiot, Ludivine Bluche, Frédéric Borie, Brice Carayol, Charlotte Clamens, Laurent Dupuy, Franck Ferrara, Christelle Glize, Patrick Mollo, Nicolas Oton, Alex Selmane, Alyzée Soudet
Scénographie Gérard Espinosa
Lumière Dominique Borrini
Son Alexandre Flory
Costumes Marie Delphin
Régie générale Mathieu Zabé et Jean-Marie Deboffe
Régie lumière Claire Eloy
Maquillage, coiffures Dorothée Leccia
Couture Cathy Sardi

Production : Machine Théâtre.
Coproduction : L’Archipel, scène nationale de Perpignan ; Le Cratère, scène nationale d’Alès ; Festival Le Printemps des comédiens, Montpellier.
La Compagnie Machine Théâtre est associée au Cratère, scène nationale d’Alès. Nicolas Oton est artiste accompagné par L’Archipel, scène nationale de Perpignan. Le spectacle a été accueilli en résidence au Centre dramatique national de Montpellier, à L’Archipel scène nationale de Perpignan. Les décors et les costumes ont été réalisés dans les ateliers du Centre dramatique national de Montpellier.
Soutiens : Région Occitanie aide à la production et Adami. Avec la participation artistique du Jeune théâtre national.
La compagnie Machine Théâtre est subventionnée par Ministère de la Culture DRAC Occitanie au titre des compagnies conventionnées, et la Ville de Montpellier.

Les carnets du sous-sol

de Fedor Dostoïevski
Traduction André Markowicz, édition Babel
Création 2017

• Télécharger le dossier

 

C'est l'histoire d'un homme reclus sur lui-même qui se réfugie dans un sous-sol pour ne plus se confronter au monde. Il désespère de la vanité des hommes autant que de la sienne incommensurable. Il conspue l'humanité qui ne cherche qu'avancement, confond le rang pour l'esprit, et ne croit qu'en une seule vérité : l'argent. Il se déteste autant qu'il déteste les autres et n'arrive pas à trouver l'amour, et quand il le trouve, le rejette immédiatement pour faire bien, par pur intellectualisme, pour faire comme dans les livres.

Cet homme nous renvoie à nous-mêmes, il nous parle de son sous terrain qu'est sa conscience accrue pour parler de l'humanité.
C'est le grand frère de Jean-Baptiste Clamence, le juge pénitent de La chute de Camus.
C'est le premier antihéros de la littérature moderne.
Acariâtre et méchant, intelligent, et ridicule, il arrive pourtant à nous séduire.
L'essentiel est là pour l'acteur que je suis : plaire en déplaisant, séduire en énervant.
C'est un régal de dire autant de saletés et de méchancetés avec tant d'intelligence.

Venez écouter les tourments de cet homme malade, venez le voir les exhiber, les cracher,  pour en tirer le plus salvateur des plaisirs : la découverte ou la redécouverte de l'un des plus grands auteur de tous les temps.

 

• Avignon Off / La Scierie / 16 au 26 juillet 2019 à 17h55
• Lycées Perpignan / 7 au 9 janvier 2019 / 5 représentations

Les carnets du sous-sol
De Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski
Traduction André Markowicz édition Babel
Conception et jeu Nicolas Oton
Mise en jeu Ariel Garcia Valdès
Lumières Dominique Borrini
Son Alexandre Flory
Régie lumières Claire Eloy
Durée 1h10

Production Machine Théâtre.
Coproduction Le Cratère / Scène nationale d'Alès ; L'Archipel / Scène nationale de Perpignan.
Résidence Cratère d'Alès - 3 au 17 avril 2017.
Création Cratère d'Alès - 19 au 21 avril 2017.
La compagnie Machine Théâtre est subventionnée par Ministère de la Culture DRAC Occitanie au titre des compagnies conventionnées, Ville de Montpellier.

 

Retrouvailles

d'après Thomas Bernhard

• Télécharger le dossier

 

J’ai découvert Thomas Bernhard à 28 ans, ce fut un choc ! Comme un adolescent découvrant Dickens ou Jack London. 
Je ne l’ai plus lâché, j’ai tout dévoré… poèmes, théâtres, romans, correspondances.
Malgré sa grande diversité de genres littéraires, c’est toujours lui que je pressens derrière chaque pensée, lui et sa maladie des poumons, lui et son enfance écartelée, anéantie, lui et sa haine de sa patrie, lui et son aversion pour le monde de la culture, lui et la culpabilité autrichienne, lui et son acharnement contre le national-socialisme, lui et sa soif de survivre par-delà les montagnes comme un dernier appel d’air avant la chute.
J’ai toujours pensé qu’il randonnait sur les traces de la vérité, avec comme seule boussole, son humour féroce, sans concession, un rire tonitruant, glacial, une méchanceté salvatrice, l’écho d’un ricanement enfantin.
Un être capable de renverser les forces de mort en puissance de vie, le désespoir en trouvailles d’humour…continuellement tendu sur l’espace d’une jubilation folle.
Apprendre à regarder, à lire, à chercher, à se dévoiler, à sourire discrètement.
Autodiscipline.
Autodérision et ironie misanthrope afin de mieux digérer l’insupportable et l’incommensurable répétition des désastres humains.

Aujourd’hui je voudrais lui rendre hommage ou plus humblement le servir. Donner à entendre, une parole et une pensée vitale sur le monde et nos congénères.
 Je voudrais me permettre de puiser quelques extraits dans son œuvre (poèmes, roman, discours) comme socle de départ. Je voudrais m’immerger dans « l’univers Thomas Bernhard », dans son style, son souffle, cette imprécation bernhardienne, comme une mécanique théâtrale pour l’acteur et la mise en scène.  
Partition musicale, naufragée entre l’opéra, Glenn Gould, Schuman, Chopin et les airs populaires autrichiens...

Retrouvailles
d'après Thomas Bernhard

Mise en scène Brice Carayol
Avec Laurent Dupuy, Franck Ferrara, Christelle Glize, Patrick Mollo
Création lumières Thomas Clément de Givry
Création et régie son Alex Flory

Production : Machine Théâtre.
Coproduction : Service culturel de la Ville d’Alénya.

La Nuit des rois

Unpublished

de Shakespeare

Lire

Dom Juan désossé

Unpublished

d'après Molière

Lire
Afficherphotos
Affichertexte